Est-ce que les chats ont réellement 7 vies ?

5/5 - (1 vote)

Un vieil adage dit que les chats ont neuf vies. Bien que ce ne soit qu’une superstition, il y a une part de vérité là-dedans. Les chats sont connus pour leur agilité et leur capacité à atterrir sur leurs pattes, même après être tombés de très haut.

Cette capacité physique, associée à leur nature indépendante, permet aux chats de survivre à des situations qui seraient fatales pour d’autres animaux. De plus, les chats ont un sens aigu de l’auto-préservation et sont souvent capables d’éviter instinctivement les situations dangereuses.

 

 

D’ou vient la théorie des chats aux 7 vies ?

 

Il existe quelques théories. La première est que l’on pensait que les chats étaient capables de tromper la mort parce qu’ils survivaient souvent aux chutes depuis des hauteurs. Une autre théorie est que le dicton remonte à l’Égypte ancienne, où les chats étaient vénérés comme des dieux et soupçonnés d’avoir des pouvoirs magiques.

La dernière théorie propose que l’idée soit née dans l’Europe médiévale, lorsque les chats étaient souvent gardés sur des navires pour contrôler les populations de rats. Parce que la vie en mer était si dangereuse, les marins en sont venus à croire que les chats devaient avoir une sorte de pouvoir surnaturel qui leur permettait de tromper la mort.

 

 

Que disaient les Egyptiens à propos des chats ?

 

En Egypte, les chats sont vénérés depuis plus de trois mille ans. Cette civilisation était unie dans sa passion pour ces magnifiques animaux et croyaient qu’ils étaient dotés de pouvoirs surnaturels. Les chats étaient si estimés qu’ils étaient souvent enterrés avec leurs propriétaires et on pensait que les offrir en sacrifice aux dieux permettrait d’assurer le bonheur dans l’au-delà.

Ces animaux étaient également associés à la déesse Isis, qui était considérée comme la protectrice des femmes et des enfants. En raison de ces croyances, les chats ont été traités avec beaucoup de respect et de soin en Egypte ancienne. Les Égyptiens pensaient que ces animaux méritaient le même niveau de protection et d’adoration que leurs dieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :